Portrait d’un bénévole : Leïla

Portrait de bénévole : Leïla Tighiouaret, accompagnatrice à l’épicerie sociale Lou Mercat:

 » J’ai tout de suite su que cela me convenait « 

Gaillac Bénévolat participera le samedi 10 septembre à la fête des associations, place de la Libération de 10h à 18h. L’occasion de devenir bénévole au sein des nombreuses associations à l’image de Leïla Tighiouaret, bénévole depuis neuf mois à l’épicerie sociale Lou Mercat. Calculatrice à la main et sourire aux lèvres, Leïla Tighiouaret, guide les familles à travers les rayons. Depuis décembre 2015, elle est l’une des 50 bénévoles permanents à l’épicerie sociale Lou Mercat. Cette assistante commerciale a franchi la porte de l’épicerie après y avoir été orientée par Gaillac bénévolat, tout comme huit autres bénévoles.
« Je me suis rendue au forum des associations en septembre et pris des renseignements au stand de Gaillac bénévolat car je voulais devenir bénévole, résume la jeune femme. On m’a ensuite fixé un rendez-vous à l’antenne pour remplir un dossier de candidature et discuter d’une orientation. Je voulais du contact et m’investir dans le social mais sans que cela soit trop vampirisant. « 

Leïla a tout de suite senti que son orientation à l’épicerie sociale serait la bonne.
 » Dès le premier rendez-vous, j’ai tout de suite su que cela me convenait.  »
Accompagnée et testée sur plusieurs postes durant trois semaines, la jeune femme a très vite pris ses marques.
 » Quand on reçoit un bénévole, on lui propose de découvrir tous les postes, un mois ou plus, le temps qu’il leur faut avant de décider ce qui leur convient le mieux « , décrit Denis Bordais, chargé d’accueil des bénévoles au sein de l’épicerie. Aujourd’hui, on ne cherche plus de bénévole car le bouche à oreille suffit. Mais Gaillac bénévolat était là dès le lancement de l’épicerie. Ses propres membres n’ont pas hésité à s’investir personnellement, avant de nous envoyer régulièrement des personnes. Par ses entretiens personnalisés, Gaillac bénévolat exerce une sorte d’inventaire auprès de la personne qui nous est ensuite envoyée. »

Pour Leïla, l’expérience est très positive. En plus d’accueillir les familles, elle anime des ateliers de couture au sein de l’épicerie et même de la marche nordique selon ses disponibilités. L’expérience est tellement satisfaisante qu’elle envisage parfois de changer de métier.
 » Je suis dans une période de réflexion. Je travaille dans le commerce et faire du bénévolat dans le social c’est complémentaire pour moi. Qui sait ? Peut-être que dans quelques années, je changerai complètement de métier, si une opportunité venait à se présenter. »

 

1000ème bénévole

1000ème bénévole


Tarn Bénévolat a fêté ce jeudi 09 mars 2015 le 1000° bénévole accueilli à la permanence d’ALBI.

Depuis 2001,1000 hommes ou femmes se sont rendus au 7 rue des Muettes, Maison de quartier du Pathus Crémat, pour rencontrer un autre bénévole qui l’a orienté vers une association adhérente.
En mobilisant les compétences de chacun de ces bénévoles, et en les croisant avec les attentes des associations c’est une vraie chaîne de solidarités qui se crée et qui soutient des actions dont tout un chacun, citoyen de notre ville, peut être appelé à bénéficier.

En présence d’Anne Marie Lugan et Laurence Pujol représentant la Mairie d’Albi, la parole a été donnée à chaque bénévole et chaque association pour échanger et délivrer, dans une ambiance détendue et conviviale, leurs messages ou leurs ressentis. Des bénévoles déjà anciens (2001 pour le doyen !) ont côtoyés des derniers recrutés et ont applaudi le numéro 1000 a qui a été décernée l’attestation ad hoc.

Serge BAYSSE, jeune retraité après une longue carrière dans l’industrie électrique, a trouvé au CDAFAL auprès de Madame Plot un poste de bénévole sur mesure. Il illustre parfaitement les notions d’investissement personnel, de générosité, et de réalisation de soi soulignés lors des différentes prises de paroles. Il dit aussi combien avec un peu d’envie, un peu de temps, il est important de s’inscrire dans notre tissu social local. Chacun y trouve un intérêt et maintient l’art du vivre ensemble dans notre cité.